Votre compte
Dimanche 4 Décembre 2016, 00:53 Le J2R.com, le site du Journal de la Rechange et de la Réparation : actualités auto, après-vente, services, équipementiers.
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Dans un segment commercial naissant, en croissance constante et où l’originalité paye, Ford a lancé en août dernier le B-Max, dernier maillon de la catégorie monospace dans laquelle le constructeur américain propose déjà les Galaxy et S-Max. Son originalité, le B-Max la doit à sa caisse sans montant de porte entre l’avant et l’arrière et des ouvrants coulissants pour l’accès aux places arrière. Sur les quatre premiers mois de commercialisation, 3 800 exemplaires ont été immatriculés, ce qui place Ford sur la cible de 12 000 ventes annuelles. L’innovation mécanique du B-Max est son moteur essence 1,0 l 3 cylindres, qui développe 120 chevaux. L’originalité pénalise-t-elle le réparateur ? Nous avons confronté notre B-Max à un carrossier, en plus de notre habituel mécanicien.
Extrait de l'article :

Pour lire la suite, cliquer ici.

Taille de l'article : 128 mots
Vous êtes déjà abonné(e), identifiez-vous
Pour lire cet article, abonnez-vous, et bénéficiez d'un accès à l'ensemble des archives

PACK MAGAZINE + WEB
89€ 
Inclus :
 - 1 an d'abonnement au Journal de la Rechange et de la Réparation
 - 2550 articles archivés

ACHAT de TICKETS
2.60€ /article





Validez votre choix

Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page